Yeux

De Dzogchen wiki
Aller à : navigation, rechercher

Yeux (spyan [h]) སྤྱན།

Définition

Les “Yeux” appartiennent aux capacités prodigieuses qui animent l'adepte lors de sa progression sur la Voie du Plein Eveil. Ces Yeux sont généralement accompagnés de presciences (mngon shes), de facultés dynamiques (rtsal), etc.

Listes

La liste la plus commune des Yeux de l'Eveil comprend les éléments suivants:

  1. L'Œil de chair (sha yi spyan) avec lequel l’adepte peut voir sur de grandes distances, voir les êtres dans le Bardo, ainsi que voir les cités des Mangeurs d’Effluves (gandharva);
  2. l’Œil divin (lha’i spyan) qui lui permet de voir les demeures des dieux;
  3. l’Œil de la Connaissance Sublimée (shes rab kyi spyan) qui lui permet de voir les champs purs du Corps d'Apparition, etc., mais également d’intérioriser les principes de la Réalité;
  4. l’Œil de la Réalité (chos nyid kyi spyan) qui lui permet de contempler les champs purs du Corps de Jouissance et de voir concrètement la Sagesse; et
  5. l’Œil de la Sagesse (ye shes kyi spyan) qui lui permet de voir les choses telles qu’elles sont en réalité et telles qu’elles apparaissent dans toute leur diversité.

Dans le Commentaire du Dra Thelgyur de Vimalamitra, celui-ci fournit la liste suivante :

  1. l'Œil de la Connaissance Sublimée (shes rab kyi spyan), grâce auquel on est capable de différencier ce qui est dharmique de ce qui ne l'est pas;
  2. l'Œil de la Sagesse (ye shes kyi spyan), grâce auquel on voit la totalité de la Vacuité;
  3. l'Œil de l'Omniscience (thams cad mkhyen pa'i spyan), grâce auquel on acquiert une connaissance simultanée de tout ce qui relève du Saṃsāra et du Nirvāṇa; et
  4. l'Œil de l'Omniscience purissime (rnam par dag pa thams cad mkhyen pa'i spyan), grâce auquel on connaît tous les phénomènes.

Dans son Trésor du Véhicule Suprême (Theg mchog mdzod), Longchenpa énumère trois Yeux (spyan gsum) qu'il met en parallèle avec les Regards (gzigs stangs) adoptés pendant la pratique du Franchissement du Pic. Il décrit ainsi:

  1. la posture du Corps Absolu qui, combinée avec le Regard correspondant, permet de voir concrètement la Sagesse (ye shes) avec l'Œil de la Réalité (chos nyid kyi spyan);
  2. la posture du Corps de Jouissance qui, combinée avec le Regard correspondant, permet de contempler la Clarté naturelle des visions avec l'Œil de la Sagesse (ye shes kyi spyan); et
  3. la posture du Corps d'Apparition qui, combinée avec le Regard correspondant, permet d'intérioriser le principe même de la Réalité, avec l'Œil de la Connaissance Sublimée (shes rab kyi spyan).

Jean-Luc Achard 29 mai 2018 à 11:15 (CEST)