Tantra qui Transperce les Sons

De Dzogchen wiki
Aller à : navigation, rechercher

Tantra qui Transperce les Sons (sGra thal 'gyur)

Signification littérale du titre abrégé

sgra: son ; — thal 'gyur: transpercer, réduire en cendres.

Titre complet

— En langue du Tibet : Rin po che 'byung bar byed pa sgra thal 'gyur chen po'i rgyud ces bya ba.
— En français : Le Jaillissement des Joyaux — le Grand Tantra qui Transperce les Sons.

Présentation thématique

Le Tantra qui Transperce les Sons (sGra thal 'gyur), expose des préceptes permettant l'accomplissement du Corps d'Apparition (sprul pa'i sku).[1] La pratique essentielle qu'il expose s'effectue dans un but résolument altruiste visant à l'obtention de signes de réussite dans la Contemplation. Cette pratique est très axée sur les sons (notamment ceux des éléments, exercice qui a fait sa célébrité), de manière à laisser la conscience découvrir l'indifférenciation de la résonance de ces sons et du Vide (grags stong dbyer med). Très sommairement, la pratique consistera à œuvrer au bien des êtres à l'aide des sons des six destinées (rigs drug) — œuvre qui aura pour résultat la sublimation de presciences (mngon shes) dans le continuum du yogi —, mais également à l'aide des sons des cinq éléments (‘byung lnga).[2]

Structure

Le Tantra est structuré sous la forme d'un dialogue entre Devendra et Vajradhara, arrangé en fonction de six chapitres:

  1. le chapitre 1 traite de l’agencement du multiple (sna tshogs bkod pa), c’est-à-dire de thèmes extrêmement divers mais permettant de mettre en lumière la source même des préceptes (man ngag gi rtsa ba);
  2. le chapitre 2 décrit l’agencement des points-clefs dont l’essence même est résumée (gnad ‘dus bkod pa) afin de mettre en lumière la source du Discernement (rig pa’i rtsa ba);
  3. le chapitre 3 concerne essentiellement l’agencement de la Sagesse (ye shes bkod pa) et met en lumière la source des visions (snang ba’i rtsa ba);
  4. le chapitre 4 s’attache à exposer l’agencement de la Réalité (chos nyid bkod pa) et révèle ainsi la source des manifestations de l’esprit ou pensées (sems snang gi rtsa ba);
  5. le chapitre 5 aborde en détail l’agencement de la Vue et de la Méditation (lta sgom bkod pa) et expose ainsi les principes associés à la source de l’état naturel (gnas pa’i rtsa ba); et
  6. le chapitre 6 décrit l’agencement des Corps (sku rnam par bkod pa); il n’est pas associé à la mise en lumière d’un thème explicitement nommé mais décrit les divers Corps de l’Eveil avant de revenir sur la pratique des éléments (‘byung ba).

Bibliographie

— Jean-Luc Achard, Les Thèmes des Dix-Sept Tantras, éd. PDF, Khyung-mkhar, 2013, p. 4.

Notes

  1. En réalité, le propos du texte est la réalisation des Trois Corps (sku gsum) et l’obtention du Plein Eveil. Il est vrai qu’il insiste grandement sur les sons des éléments, et sur la réalisation du Corps d’Apparition, mais pas uniquement ou pas exclusivement. La diversité des thèmes traités en font l’une des œuvres les plus complètes de toute la tradition de la Grande Perfection.
  2. rGyud kyi khog snying sdeb pa, p. 577.

Jean-Luc Achard 28 juin 2017 à 13:22 (CEST)