Discernement de la Base

De Dzogchen wiki
Aller à : navigation, rechercher

Discernement de la Base (gzhi'i rig pa) གཞིའི་རིག་པ།

Signification littérale

gzhi'i: Base + marque du génitif; —rig pa: Discernement

Définition

Le Discernement de la Base est la connaissance directe de l'état naturel exprimée selon le triple mode:

  1. de l'Essence primordialement pure (ka dag) et vide (stong pa),
  2. de la Nature spontanément accomplie (lhun grub) et lumineuse (gsal ba), et
  3. de la Compassion omni-pénétrante (kun khyab) et incessante (ma 'gags).[1]

Dans le Traité en Lettres d'Or (gSer yig can) du Bima Nyingthik, l'indifférenciation de la Base et du Discernement de cette dernière forme ce que l'on désigne comme le Disque Unique (thig le nyag gcig) de l'état naturel.

Variantes interprétatives

On trouve de nombreuses autres précisions ou approches dans les textes de la Grande Perfection au sujet de cet aspect du Discernement. Par exemple, dans le Tantra de la Clarté Abyssale (Klong gsal gyi rgyud), le Discernement de la Base est défini comme correspondant à la Pureté Primordiale (ka dag), l'aspect de Spontanéité (lhun grub) étant associé à la Voie (lam).[2]

Dans le commentaire du Trésor de l’Etat Naturel (gNas lugs mdzod), Longchenpa présente ce Discernement comme l'expression de la Vacuité-Clarté (stong gsal) sans naissance, comme la Claire-Lumière Mère (ma'i 'od gsal), spontanément accomplie.

Dans son Trésor de l'Espace-Discernement, Shardza Rinpoche définit ce Discernement de la Base comme la Transparence vide (stong pa zang thal) caractérisant l'état naturel lui-même.[3] Dans le même ouvrage, l'auteur précise que cet aspect du Discernement présente deux modalités :

  1. le Discernement originel (thog ma'i rig pa), et
  2. le Discernement ultime (mthar phyin pa'i rig pa).[4]

Notes

  1. Achard, Jean-Luc, Instructions de Terchen Wangchuk Lingpa sur la Pratique des Trois Cieux, p. 42.
  2. Dans son Yeshe Lama, Jigme Lingpa suit une approche similaire et définit le Discernement de la Base comme étant la Grande Pureté Primordiale (ka dag chen po). Il s'appuie très certainement sur les Instructions dites du Miroir Illuminant la Quintessence (sNying po gsal ba'i me long zhes bya ba'i khrid) du Khandro Nyingthik.
  3. Vol. II, p. 270.
  4. Il ne décrit pas ces deux modalités mais ajoute simplement que la différence entre les deux dépend de la purification de l'égarement.

Jean-Luc Achard 9 juillet 2018 à 23:55 (CEST)