Trois Maîtrises

De Dzogchen wiki
Aller à : navigation, rechercher

Trois Maîtrises (sdod pa gsum) སྡོད་པ་གསུམ།

Signification littérale

sdod pa: assise, maîtrise; —gsum: trois.

Définition

Les Trois Maîtrises sont l'une des modalités des quatre supports finaux (mtha' rten bzhi) qui sont décrits dans les instructions sur le Franchissement du Pic. Ainsi, en cultivant les Trois Immobilités, on reconnaîtra les signes de progrès dans la pratique grâce aux Trois Maîtrises suivantes :

  1. extérieurement, en maîtrisant les visions (snang ba), les circonstances adverses se feront amicales;
  2. intérieurement, en maîtrisant le corps illusoire (sgyu lus), on se défait de toutes les activités erronées; et
  3. secrètement, en maîtrisant le souffle-esprit (rlung sems), les pensées discursives dualistes ne peuvent plus apparaître.

Sur ce point, Longchenpa précise dans le premier volume de son Trésor du Véhicule Suprême (Theg mchog mdzod):

En contrôlant les signes grâce aux Trois Maîtrises, on sait que le corps, la parole et l'esprit ne régresseront plus dans les Trois Domaines.

Dans le second volume du même ouvrage, il fournit une explication beaucoup plus complexe, qui clarifie les points mentionnés ci-dessus, aboutissant à un ensemble de neuf maîtrises réparties dans un ordre différent qui comprend:

  1. les Trois Maîtrises du corps (lus kyi sdod pa gsum), grâce auxquelles on se défait de toutes les activités;
  2. les Trois Maîtrises du souffle (rlung gi sdod pa gsum), grâce auxquelles on ne reprend plus naissance; et
  3. les Trois Maîtrises des visions (snang ba'i sdod pa gsum) grâce auxquelles on ne régresse plus dans les Trois Domaines.

Ces maîtrises débouchent sur douze signes associés aux Quatre Visions.

Bibliographie

Longchenpa, Theg mchog mdzod, vol. I, Delhi, 1983, p. 561; ib., vol. II, pp. 200-205.


Jean-Luc Achard 5 juin 2018 à 09:04 (CEST)