Kumaradza

De Dzogchen wiki
Aller à : navigation, rechercher

Kumaradza (ku ma rā dza, 1266–1343)

Kumaradza fut le plus important disciple de Melong Dorje auprès duquel il reçut toutes les instructions sur la pratique de la Grande Perfection, à commencer par le cycle de l‘Essence Perlée du Secret (gSang ba snying thig).

Biographie abrégée

Né dans le district du Yoru (g.Yo ru) au Tibet Central, dans le village de Sardzingkha (gSar rdzing kha), Kumaradza reçut à sa naissance le nom de Tharpa Gyel (Thar pa rgyal). Son père s'appelait Jo-sé Sönam Pel (Jo sras bSod nams dpal), et sa mère, Khyeza Bumé (Khye za 'bum me).

Dès son plus jeune âge, Kumaradza se sentait animé d'une foi et d'une compassion infinies; son intelligence était si développée qu'il apprit à lire et écrire de lui-même, sans aucune aide.

A l'âge de sept ans, il reçut les initiations de Hevajra et de Chakrasamvara de Lama Gyedor (Bla ma dGyes rdor) résidant au monastère de Oshö Thoteng ('O shod mtho stengs) dans la région du Kong-po. Lorsqu'il eut neuf ans, il prit les vœux de laïc auprès de Khenpo Tsangpa (mKhan po gTsang pa). Puis, à l'âge de douze ans, il reçut les vœux de novice auprès de Khenpo Yerpa (mKhan po Yerpa) et de l'ācārya Ngaripa (mNga' ris pa) qui lui donnèrent le nom de Zhönnu Gyelpo (gZhon nu rgyal po, c'est-à-dire Kumaradza).

Il pratiqua ensuite pendant cinq ans (jusqu'à l'âge de dix-sept ans) de nombreuses instructions dont les Six Yogas de Nāropā avec Rinpoche Drakyerpa (Rin po che Grags yer pa), ainsi que le Tantra des Deux Sections (bTags gnyis)[1] auprès de Lama Tsartengpa (Bla ma Tshar steng pa). Il étudia également la peinture avec Wönpo Sangshé (dBon po sangs she).

Ensuite, à Khyungnak Shagdar (Khyung nag shag dar), il reçut de nombreux enseignements Nyingmapas puis, à Ngarphug (Ngar phug), il fit la rencontre de Melong Dorje avec lequel il étudia la Mahāmudrā, ainsi que divers cycles tantriques dont celui de Vajravarāhi. Kumaradza fut aussi lié avec les Karmapas puisque lors d'un séjour de plusieurs années à Tsurphu, il eut la possibilité d'étudier la plupart des cycles d'enseignements de cette tradition avec deux maîtres principaux, Lama Nyenré (Bla ma gNyan ras) et Lama Darma Gön (Bla ma Dar ma mgon).

Les enseignements Dzogchen que Kumaradza reçut proviennent de trois sources différentes:

  1. d'une part, il fut un temps disciple d'Orgyenpa (O rgyan pa), lui-même élève de Lama Nyenré qui semble avoir été très versé dans l'art des Essences Perlées (sNying thig);
  2. d'autre part, il étudia auprès de Gyamen Namkha Dorje (rGya sman Nam mkha' rdo rje) et de Chökyi Senge (Chos kyi seng ge) au moins deux cycles d'enseignements de la Grande Perfection; et
  3. enfin, il devint le disciple principal de Melong Dorje duquel il obtint l'intégralité des instructions, initiations et commentaires du l‘Essence Perlée du Secret lorsqu'il le rencontra à nouveau, cette fois-ci à Kharchu (mKhar chu).

Kumaradza demeura huit ans en compagnie de Melong Dorje et le servit fidèlement avant de se construire un petit ermitage à Tsarding (Tshar sdings) qu'il semble ne pas avoir quitté avant le décès de son maître. Il fut plus tard invité à Tsurphu par le troisième Karmapa (Rangjung Dorje, 1284–1339) auquel il donna la transmission intégrale de l‘Essence Perlée du Secret.

Kumaradza montra des signes annonciateurs de son décès à l'aube du vingt-cinquième jour du second mois d'automne en l'année Eau-Mouton (1343) dans un ermitage du Dakpo. Au moment précis de son décès, d'innombrables prodiges se manifestèrent aux yeux de tous ceux qui étaient présents et ses disciples lui demandèrent s'ils devaient maintenant inviter Longchenpa qui était son disciple le plus talentueux. Après les avoir gratifiés de quelques conseils, Kumaradza s'installa dans la posture du Rishi et adopta le Regard du Corps Absolu, avec un sourire d'aise évidente.

Après sa crémation, on retrouva dans ses cendres une multitude de reliques dont un mandala des Divinités des Cinq Clans dans son crâne laissé intact par le feu. Après la construction d'un stūpa destiné à recevoir ses cendres et au tout au long du mois d'offrandes funéraires qui suivit, d'innombrables manifestations lumineuses furent observées dans le ciel en direction de l'Ouest.

Note

  1. C'est-à-dire le Hevajratantra.

Jean-Luc Achard 26 janvier 2018 à 12:42 (CET)