Zhai Lhakhang

De Dzogchen wiki
Aller à : navigation, rechercher

Zhwai Lhakhang (Zhwa’i lha khang) ཞྭའི་ལྷ་ཁང་།

Temple construit par Nyang Tingdzin Zangpo au 8e siècle et où furent cachés les Dix-Sept Tantras qui devaient être redécouverts par Dangma Lhüngyel à la fin du 10e siècle. Le temple fut restauré au 14e siècle par Longchenpa et détruit par les communistes.

Histoire Abrégée du Temple du Chapeau

Le Zhwai Lhakhang ou Temple du Chapeau est un édifice construit dans le district du Uru (dBu ru) au Tibet Central (dBus). Plus précisément localisé dans le Urtö (dBur stod), le temple fut édifié par Nyang Tingdzin Zangpo, un ancien ministre de l'empereur Trisong Detsen. Nyang demeura pendant sept années absorbé dans le recueillement du calme mental (zhi gnas kyi ting 'dzin) qui lui donna la faculté de développer l'Œil de Chair (sha'i spyan) grâce auquel il pouvait contempler les quatre continents en une seule fois. C'est ainsi qu'il eut connaissance de l'existence du grand maître Vimalamitra, expert dans les enseignements menant au Plein Eveil en une seule vie (c'est-à-dire le Dzogchen) et qu'il convainquit l'empereur de l'inviter au Tibet.

Au début de son séjour au Pays des Neiges, Vimalamitra traduisit et enseigna essentiellement des textes sūtriques comme le commentaire exhaustif des vœux de libération personnelle (so sor thar pa'i rgya cher 'grel pa), ainsi que des textes tantriques extérieurs et intérieurs, comme le Filet d'Illusion de Vajrasattva. Toutefois, la nuit, il se retirait dans le temple intermédiaire de Samyé avec cinq personnes — l'empereur, le prince Muné Tsenpo, Nyang Tingdzin Zangpo, Kawa Peltsek et Chokro Lü Gyeltsen — auxquels il donna la transmission des Tantras et des préceptes de LEssence Perlée du Secret. Au terme de ses enseignements, il cacha les Quatre Volumes Profonds au Rocher Rouge (Brag dmar) de Chimphu, avant de partir pour le Wutaishan et d'annoncer qu'il manifesterait tous les cent ans une de ses émanations au Tibet.

Son disciple principal, Nyang Tingdzin Zangpo, obtint de l'empereur un terrain localisé à une cinquantaine de kilomètres au nord de Lhasa et décida d'y construire un temple. Dès le début de la construction, il réussit à s'adjoindre l'aide du Protecteur Dorje Lekpa qui, parti faire tomber la grêle dans le Dokham, lui rapporta des provisions de grains, équivalentes à cinq cent "charges de chameaux".[1] Après le retour de Dorje Lekpa, Nyang Tingdzin Zangpo frappa le ciel avec son chapeau et Dorje Lekpa remplit à trois reprises les caves du temple avec le grain rapporté. Selon d'autres sources, Dorje Lekpa utilisa son propre chapeau pour charrier les matériaux nécessaires à la construction. Lorsque l'édifice fut achevé, Nyang y plaça les statues de Vairocana, des Huit Fils Proches (Nye ba'i sras brgyad),[2] des deux Gardiens Courroucés des portes du temple, de Padmasambhava, de Vimalamitra, de Nyang lui-même, ainsi que de l'empereur Trisong Detsen, du traducteur Vairocana (8e siècle), du Buddha historique, de Maitreya, etc.

Avant de mourir, Nyang cacha le corpus des Dix-Sept Tantras dans le temple et cent ans après sa mort, le Protecteur Dorje Lekpa indiqua à Dangma Lhüngyel, le gardien du temple, l'endroit où les textes étaient cachés.

Trois siècles plus tard, Longchenpa reçut une prophétie de Vimalamitra l'exhortant à restaurer le temple qui s'était gravement détérioré avec le temps. Apparemment, l'ensemble du site fut totalement dévasté par les Gardes Rouges pendant la Révolution Culturelle, avant d'être graduellement reconstruit à la fin des années 1980.[3]

Bibliographie

—'Jigs med gling pa, "dBu ru zhwa lha khang gi gtam chos 'byung gi me tog ces bya ba", 'Jigs med gling pa'i gsung 'bum (sDe dge par ma), vol. 4, pp. 604-608.
—dPa' bo gTsug lag phreng ba, Chos 'byung mkhas pa'i dga' ston, vol. 1, Mi rigs dpe skrun khang, 1986, pp. 369-370.

Notes

  1. Le rapport entre le fait de faire tomber la grêle et la réunion de ces provisions (longs pa) est peu clair dans les sources qui relatent l'histoire du temple (voir inter alia, 'Jigs med gling pa, dBu ru Zhwa lha khang gi gtam, p. 606). Les historiens tibétains tardifs ont souvent simplifié cette partie du récit, au point de rendre ce dernier inutilement confus. Selon le Festin des Sages (mKhas pa'i dga' ston, pp. 369-370), Dorje Lekpa transforma la grêle en grains et apporta l'ensemble sous la forme de cinq cent charges de chameaux, afin de financer la construction du temple lui-même.
  2. C'est-à-dire du groupe des huit bodhisattvas comprenant Kṣitigarbha, Ākāśagarbha, Avalokiteśvara, Vajrapāṇi, Mañjuśriī Maitreya, Sarvanirvarana Viskambhin, et Samantabhadra.
  3. La date précise reste à déterminer.

Jean-Luc Achard 13 août 2017 à 06:59 (CEST)