Vision du Corps Absolu

De Dzogchen wiki
Aller à : navigation, rechercher

Vision du Corps Absolu (chos sku'i snang ba) ཆོས་སྐུའི་སྣང་བ།

Signification littérale

chos sku'i: Corps Absolu + marque du génitif; —snang ba: vision.

Définition

Lorsque l'adepte parvient à la réalisation unique et décisive (chig chod) de l'Eradication de la Rigidité (khregs chod), il expérimente la Pureté Primordiale Nue du Discernement (rig pa ka dag rjen pa) et voit alors toutes les saisies duelles et les attachements associés au Saṃsāra-Nirvāṇa se purifier. Peu importe ce qui s'élève dans son esprit, les passions et les pensées discursives se purifient directement en se libérant sur la Base, en sorte qu'il expérimente le Non-né (skye med), c'est-à-dire l'Epuisement de la Réalité Vide (stong pa'i chos nyid zad pa). Cet état est comparé au soleil qui se lève à l'aube: à ce moment, même si l'on cherche les ténèbres de la nuit, on ne les trouvera pas. De la même manière, les saisies duelles se dissolvent dans la Base et l'on parvient alors en cette vie même à l'Epuisement des phénomènes (chos zad), autrement dit à la Terre de la Pureté Primordiale (ka dag gi sa). L'adepte qui atteint ce stade est appelé “yogi qui s'est libéré du sceau du Saṃsāra-Nirvāṇa” ('khor 'das rgya grol gyi rnal 'byor pa). La Vision d'un tel adepte est ainsi appelée “Vision du Corps Absolu” (chos sku'i snang ba).

Dans le Tantra du Lion au Dynamisme Parfait (Seng ge rtsal rdzogs), cette Vision est conçue comme l'expression véritable de l'Essence du Discernement:

En l'Essence du Discernement, de la Grande Perfection,
Les enseignements des Eveillés sont parachevés sans devoir être recherchés
(Parce qu'il) n'y a (en cette Essence) ni égarement ni non-égarement.
Les pensées de l'intellect des êtres animés
Ne peuvent être découpées en mots ou en lettres (car)
Elles se résument aux trois quintessences des instructions orales .
Les Visions du Corps Absolu (chos sku'i snang ba), du Discernement naturel,
Ne peuvent être contemplées et ne seront donc pas vues (car)
Elles se résument à la triple Essence des méthodes d'accès.

En somme, cette Vision du Corps Absolu est la réalisation directe de l'Essence de l'Esprit, nue, vide et transcendant toute dualité. Intérieurement, elle est comparée au soleil s'élevant dans le ciel à l'aube, les rayons de la sapience chassant définitivement les ténèbres de la dualité discursive.

Bibliographie

  1. Longchenpa, Chos dbyings mdzod 'grel, p. 153-154.
  2. Seng ge rtsal rdzogs, p. 350.

Jean-Luc Achard 3 juin 2018 à 06:07 (CEST)