Sangye Repa

De Dzogchen wiki
Aller à : navigation, rechercher

Sangye Repa (Sangs rgyas ras pa, 1203–1280) སངས་རྒྱས་རས་པ།

Identification

Patriarche de la tradition dite de l'Apaisement (Zhi byed) qui, en 1275, donna à Melong Dorje (1243–1303) la transmission de nombreux textes révélés (gter chos), incluant des instructions relatives à la pratique de Dorje Phakmo (Vajravarāhi).

Le nom complet de Sangye Repa est Rinchen Mönlam (Rin chen smon lam).

Biographie abrégée

Sangye Repa est né en 1203 à Phuthang. Son père s'appelait Khandro (mKha' 'gro) et sa mère Sünkyi (Srun skyid). Le nom de son clan paternel était celui des Dring ('Bring). Dès sa plus tendre enfance, il reçut des initiations et bénédictions de Gyelwa Tenné (rGyal ba ten ne, 1127–?),[1] avant de rencontrer Phakmo Drupa Dorje Gyelpo[2] et de recevoir de ce dernier les instructions sur la Mahāmudrā Quintuple (Phyag chen lnga ldan).

A l'âge de 23 ans, il prit les vœux auprès de Rok Zhipo (Rinchen Sherab, 1171–1245) et reçut pour l'occasion le nom de Rinchen Mönlam. C'est aux alentours de cette période qu'il obtint la transmission des consécrations et des instructions-guides (khrid) sur le système de l'Apaisement (Zhi byed) qui devait devenir sa pratique principale.

Il étudia par la suite auprès de nombreux maîtres tels que Lopön Yöntsün (Slob dpon Yon btsun),[3] Drigung Wön Rinpoche ('Bri gung dBon rin po che),[4] Khamgom Zhikpo (Khams sgom zhig po), Trophuwa (Khro phu ba), Drubthop Sengge Yeshe (Grub thob Seng ge ye shes), Chen-nga Gangkarwa (sPyan snga Gangs dkar ba), Lopön Lugom (Slob dpon Klu sgom), etc.

Au terme des nombreuses transmissions reçues, Sangye Repa décida de se rendre au Mont Kailash, visitant également des sanctuaires importants dans la région de Purang, de Paro Taktsang, de Ha-o Gangzang (Ha 'o gangs bzang), Jomo Kharak, Kharchu (dans le Lhodrak), etc. Il s'abîma dans la pratique avec tant de zèle qu'une réalisation spéciale finit par naître en son esprit. Il était également capable de siddhis, pouvant retenir sa respiration toute une journée, léviter ou encore maîtriser la “marche rapide” (rkang mgyogs), etc.

Après ses retraites dans la solitude, il se rendit au monastère de Charma Gönpa (Char ma dgon pa) où il dirigea la pratique de nombreux moines, œuvrant ainsi amplement au bénéfice des êtres et de la Révélation des Buddhas.

Il mourut en 1280, à l'âge de 78 ans.[5] Son disciple principal fut Nyangbenpo Dharma Siddha (Myang 'ban po Dharma siddha).

Référence

Ko zhul Grags pa 'byung gnas & rGyal ba blo bzang, Gangs can mkhas grub rim byon ming mdzod, Kan su'u mi rigs dpe skrun khang, 1992, pp. 1743-1745.

Notes

  1. S'il s'agit des consécrations données à la naissance d'un enfant, cela implique logiquement que Gyelwa Tenné (dont la date de mort est, à ma connaissance, encore à déterminer) a vécu au moins jusqu'en 1203.
  2. Il y a manifestement une erreur dans ce récit puisque les dates traditionnellement admises de Phakmo Drupa Dorje Gyelpo sont 1110–1170.
  3. Voir Deb ther sngon po (Chengdu, 1984), p. 469.
  4. Très certainement la même personne que Sönam Drakpa (bSod nams grags pa), mort en 1234.
  5. 77 selon notre comput.

Jean-Luc Achard 27 avril 2018 à 10:42 (CEST)