Recueillement de la Grande Demeure Naturelle

De Dzogchen wiki
Aller à : navigation, rechercher

Recueillement de la Grande Demeure Naturelle (rang gnas chen po'i ting nge 'dzin) རང་གནས་ཆེན་པོའི་ཏིང་ངེ་འཛིན།

Signification littérale

rang: naturel; —gnas: demeure;[1]chen po'i: grande + marque du génitif; —ting nge 'dzin: recueillement.

Définition

L'expression “Recueillement de la Grande Demeure Naturelle” renvoie directement à l'expérience du Discernement dont la nature même transcende les principes conceptuels inhérents aux notions de Vue, de Méditation, de Conduite et de Fruit. Comme Longchenpa le démontre dans son Commentaire du Trésor de l'Espace Absolu, elle fait ainsi référence à la nudité lumineuse du Discernement au sein de laquelle l'esprit ne prolifère plus sur ses perceptions. Dans cet état, tout ce qui émerge est éprouvé comme une parure naturelle (rang gi rgyan) qui s'élève et disparaît sans laisser aucune trace au sein de la Transparence (zang thal) primordiale de l'esprit. Tous les mouvements discursifs internes sont laissés tels qu'ils se manifestent, sans saisies, et sont expérimentés comme l'éclat incessant de la Compassion. A ce stade d'avancement dans la Voie, l'esprit est comme un vaste abîme (klong yangs) en lequel l'éclat naturel de tout ce qui s'élève en lui est à la semblance de la pureté d'un lac d'altitude. Tout émerge en un flot naturel qui est la caractéristique de la Concentration épurée de toute fixation et focalisée sur la majesté du Discernement régnant sur les six associations de consciences et non altéré par quoi que ce soit.

Note

  1. Le binôme rang gnas signifié également “inhérent” qui est un sens parfaitement convenable dans le présent contexte d'un “recueillement inhérent”. Le sens de ce recueillement est que l'esprit demeure (gnas) naturellement ou de manière inhérente (rang) dans son propre état discernant, état au sein duquel la Transparence originelle de la conscience est éprouvée sans aucune altération.

Jean-Luc Achard 13 novembre 2018 à 09:40 (CET)