Denkarma

De Dzogchen wiki
Aller à : navigation, rechercher

Denkarma (lDan kar ma) ལྡན་ཀར་མ།

Définition

Nom d’un temple du Tibet Central de l’époque royale où était conservé un catalogue des textes officiellement traduits pendant le règne de l’Empereur Trisong Detsen (r.755-797).

Remarque

Dans L'Essence Perlée du Secret[1], il est précisé :

Un élément très important n'a pas été jusqu'à maintenant remarqué par les spécialistes et il s'agit justement du rDo la gser zhun[2] de Mañjuśrīmitra : ce texte figure en effet dans le catalogue du lDan dkar ma sous le n° 610 (Lalou, 1953, p. 334) : yang byang chub kyi sems bsgom pa / slob dpon Mañjuśrīmitras mdzad pa/. L'ouvrage est généralement connu sous le nom de Byang chub kyi sems bsgom pa et aussi sous son titre ornemental de rDo la gser zhun. Selon la tradition, ce texte aurait été rédigé par Mañjuśrīmitra pour témoigner de sa réalisation de l'Esprit de Parfaite Pureté (byang chub sems) après sa rencontre avec dGa' rab rdo rje. K. Lipman a montré que le texte est encore empreint des conceptions bouddhiques qui ont marqué la formation de Mañjuśrīmitra, notamment la démarche d'analyse logique qu'on retrouve d'ailleurs dans d'autres textes de la Section de l'Esprit. C'est probablement ce caractère dogmatiquement “acceptable” qui lui a valu son inclusion dans le très suspicieux lDan dkar ma. Cela signifie surtout que le texte et les conceptions qu'il expose existaient avant au moins 812, date de la rédaction du lDan dkar ma.

Notes

  1. , Achard, L'Essence Perlée du Secret, p.27
  2. Voir sous l'entrée Or Raffiné sur la Pierre.

Bibliographie

— Marcelle Lalou, “Les textes bouddhiques au temps du roi Khri-sroṅ-lde-bcan”, Journal Asiatique, vol. CCXLI, 1953, pp. 313-353.

— Jean-Luc Achard, L'Essence Perlée du Secret, Brepols, 1999, p. 27.

— Kennard Lipman, Promordial Experience, Shambhala, 1987, p. 6.


Jean-Luc Achard 14 juin 2017 à 19:16 (CEST)