Base Universelle

De Dzogchen wiki
Aller à : navigation, rechercher

Base Universelle (kun gzhi) ཀུན་གཞི།

Signification littérale

kun: tout, universel; —gzhi: Base.

Définition

La Base Universelle est définie comme la Base de tout le Saṃsāra-Nirvāṇa, c'est-à-dire la Base de l'égarement (‘khrul gzhi) ou la Base de la Liberté (grol gzhi). Sa détermination comme l'une ou l'autre de ces modalités dépend de la reconnaissance de la nature propre à l'Epiphanie de la Base. Ainsi, lorsque les sons (sgra), les lumières (‘od), et les rayons (zer) sont reconnus comme formant nos propres manifestations naturelles (rang snang) et non comme des manifestations extérieures ou ayant une autre source que nous-mêmes (gzhan snang), cette Base Universelle devient la Base de la Liberté menant au Nirvāṇa. Lorsque cette reconnaissance fait défaut, elle s'exprime en tant que Base de l'égarement conduisant à l'errance dans l'existence conditionnée, c'est-à-dire le Saṃsāra.

Remarques

  1. Le qualificatif ”universelle” dans l'expression de cette Base fait référence à la totalité du Saṃsāra-Nirvāṇa, autrement dit à l'intégralité du dynamisme (rtsal) de l'esprit. Ce dynamisme, même s'il est de nature identique pour tous, ne constitue pas un seul et unique dynamisme qui serait celui d'une seule conscience-océane (regroupant les consciences de tous les êtres animés). Cette notion n'existe pas dans le Bouddhisme. Chaque conscience, et donc chaque Base ou Base Universelle, est individuelle et présente les mêmes caractéristiques, de la même manière que tous les feux brûlent mais ne sont pas un seul et même feu. La croyance en une “conscience-océane” (que les ignares identifient à la Base Universelle) est une déviation complète hors des conceptions bouddhiques. Elle implique l'acceptation dune Vue fausse ou erronée (log lta) qui est une entrave à l'obtention du Plein Eveil (sangs rgyas).
  2. La notion de Base Universelle (kun gzhi) doit être clairement distinguée de la celle dite de la “conscience de la Base Universelle” qui, elle, stocke les imprégnations karmiques (bag chags) et qui correspond à ce que l'on désigne dans le Yogācāra comme l’ālayavijñāna. Ainsi, c'est en raison de l'ignorance opérant lors de la non-reconnaissance de l'Epiphanie de la Base que la Base Universelle devient “conscience de la Base Universelle”.

Jean-Luc Achard 18 février 2018 à 08:48 (CET)