Yoga de la réalisation de l'égalité des trois temps

De Dzogchen wiki
Aller à : navigation, rechercher

Yoga de la réalisation de l'égalité des trois temps (dus gsum mnyam pa nyid du rtogs pa'i rnal 'byor) དུས་གསུམ་མཉམ་པ་ཉིད་དུ་རྟོགས་པའི་རྣལ་འབྱོར།

Signification littérale

dus gsum: trois temps; —mnyam pa nyid: égalité; —du: particule du datif/accusatif; —rtogs pa'i: réalisation + marque du génitif; —rnal 'byor: yoga.

Définition

Ce yoga particulier est décrit dans le Tantra des Six Abîmes de Samantabhadra (Kun tu bzang po klong drug pa'i rgyud, New Delhi, 1989, p. 122) dans les termes suivants:

Celui qui ne suit pas les traces du passé,
Qui n'accueille pas celles de l'avenir,
Qui laisse sa conscience présente dans son propre état naturel,
Mêlant sans distinction le passé et le futur, (celui-ci parvient à)
Ce que l'on désigne comme l'Essence en laquelle (tout) fusionne uniment.
C'est là le Yoga de la réalisation de l'égalité des trois temps.

Ne pas suivre les traces du passé signifie ne pas se remémorer constamment des événements relatifs au passé. Ne pas accueillir les traces de l'avenir signifie ne pas s'absorber dans des ruminations associées à des projets, des anticipations d'activités, de buts, etc. La conscience présente (da lta'i shes pa) est précisément l'état de la conscience laissée libre des proliférations relatives au passé et au futur, telle qu'elle est dans le moment présent, c'est-à-dire spontanément établie au sein de son propre état naturel. L'adepte qui parvient à maintenir son esprit dans cette condition intérieure entre dans un état qualifié de “Yoga” (rnal 'byor) au sein duquel il expérimente sans effort l'égalité même des trois temps.


Jean-Luc Achard 25 juin 2018 à 13:43 (CEST)