Cinq canaux intérieurs

De Dzogchen wiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cinq canaux intérieurs (nang rtsa lnga) ནང་རྩ་ལྔ།

Signification littérale

nang: intérieurs; —rtsa: canaux; —lnga: cinq.

Définition

L'expression est utilisée par Longchenpa dans son Trésor des Thèmes (Tshig don mdzod) dans lequel il énumère les cinq canaux suivants :

  1. Kati, le Grand Canal d'Or (ka ti gser gyi rtsa chen),
  2. l'Etoffe de Soie Blanche (dar dkar snal ma),
  3. l'Enroulement Subtil (phra la 'khril ba),
  4. la Cavité de Cristal (shel sbug can), et
  5. la Liberté Naturelle du Vide (stong pa rang grol).

Sa source est le Tantra des Lampes Flamboyantes (sGron ma 'bar ba'i rgyud) qui, lui, ne mentionne que les quatre premiers. Le canal Kati sert de support à l'émergence des visions de la Claire-Lumière (‘od gsal gyi snang ba) depuis leur sanctuaire dans le cœur. L'Etoffe de Soie Blanche permet l'émergence de ces visions au sein de l'objet (yul), c'est-à-dire le ciel extérieur (qui est lui-même l'objet au sein duquel se reflète l'Espace intérieur). L'Enroulement subtil est associé à l'émergence naturelle de ces visions au sein de l'objet (l'Espace). La Cavité de Cristal sert de support à leur manifestation naturelle. Ces quatre canaux sont les quatre porches ou portes orientées au quatre orients dans le sanctuaire du cœur. Le canal appelé "Liberté Naturelle du Vide" sert de support à l'émergence du Corps des chaînes adamantines (lu gu rgyud sku) émergeant au-dessus de l'ouverture de Brahmā, au sommet de la tête. L'ensemble de ces cinq canaux représente les lumières spécifiques des cinq Sagesses (ye shes lnga). Lorsque l'on ne prend en compte que les quatre premiers canaux, on les associe alors aux quatre Lampes (sgron ma bzhi).


Jean-Luc Achard 23 novembre 2019 à 12:59 (CET)