Yoga du Ciel : Différence entre versions

De Dzogchen wiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
(Page créée avec « Yoga du Ciel (''nam mkha' rnal 'byor''). ནམ་མཁའ་རྣལ་འབྱོར། ==Signification littérale== —''nam mkha‘'': ciel; —''rnal 'byor'... »)
(Aucune différence)

Version du 10 janvier 2020 à 09:17

Yoga du Ciel (nam mkha' rnal 'byor). ནམ་མཁའ་རྣལ་འབྱོར།

Signification littérale

nam mkha‘: ciel; —rnal 'byor): yoga.

Définition

Ce Yoga est celui que l'adepte pratique lorsqu'il a stabilisé sa compréhension de la Vue (lta ba) et qu'il s'engage alors dans la pratique concrète de la Méditation (sgom pa). A ce stade, on dit que le yogi semble ne pas méditer mais qu'en réalité son esprit ne se départ jamais du principe de l'état naturel. Cela signifie que si l'adepte ne médite pas forcément de manière formelle, son esprit est toujours établi au sein de la Pureté Primordiale de sa propre Essence.

En d'autres termes, l'adepte qui a parfaitement intégré l'état naturel de la Pureté Primordiale au niveau de la Vue doit ensuite en intégrer les principes au sein de sa Méditation. Toutefois, celle-ci ne repose pas sur les arcanes des deux Phases (rim gnyis) mais "demeure à l'image du ciel" (nam mkha' bzhin du gnas). A ce niveau, l'adepte demeure dans l'état de reconnaissance de son propre Discernement (rig pa), "en tout lieu et toute situation". Les proliférations qui s'élèvent au sein de son continuum mental n'entraînent aucune déviation en lui, en sorte qu'il n'expérimente ni entrée ni sortie de l'état de la Méditation puisqu'il est continuellement établi au sein de la reconnaissance de son propre état naturel. Il ne quitte donc jamais la Contemplation du Corps Absolu (chos sku'i dgongs pa) au sein de laquelle il n'entrave pas les pensées, ne cherche pas à les produire intentionnellement, et ne dévie vers aucun extrême. Il reste dans l'instantanéité de sa conscience virginale, totalement libre d'artifice et non conditionné par la présence ou l'absence de pensées. Au sein de cette approche du Yoga, son esprit demeure donc "à semblance céleste".


Jean-Luc Achard 10 janvier 2020 à 09:17 (CET)